The Origins of Zionism

 


by Dr. Abraham Weizfeld Ph.D.
2017-07-04

 

Few other states claim to be “Nation-States” nowadays as the Zionist State claims to be. Instead of prizing homogeneous populations, it is considered better today for a State to boast of its multicultural diversity and its commitment to equality of rights for its citizens. However, the “Nation-State” concept was admired for a long time as a political ideal. Indeed, when it was invented during the European Reformation, it was a progressive solution to a serious set of conflicts. Wars of religion had raged for decades, as Protestants sought national independence for particular territories from the Holy Roman Empire. Civil wars raged on by each religious faction seeking dominion over the other. Finally, in 1648 the “Treaties of Westphalia” were conceived, creating a basis for national self-determination. Henceforth each territory would be sovereign and its ruler would decide its official religion. Political interference in the affairs of a different sovereign territory was prohibited. These treaties established the rule that states were to be entities within clear geographical borders, each with a population that should preferably be religiously homogeneous—a principle that grew into the “Nation-State” notion that each People should have its own state.

The Nation-State notion would become idealized by the German philosopher Georg Wilhelm Friedrich Hegel, even though he denied that the German provinces, when unified, should be considered the German Nation-State, since only Prussia was “racially pure” enough to be considered a Nation. In this manner the Nation-State reflects a racialist concept in which each Nation or People should exclusively inhabit its own distinct State. This exclusivist doctrine was accepted by many liberals in the belief that it was somehow conducive to democratization by giving “self-determination” to each Nation. But the doctrine also has xenophobic and racist implications. Its exclusivism has resulted in many wars for control of territory, and has had grievous consequences for national minorities. In Europe they were either ghettoized or initially, forced to assimilate and then subsequently expelled or annihilated, as in the Holocaust of the Jewish and Roma Peoples.

Under such conditions of life and death, national minorities diverged into two different responses. One was the struggle for integration by acquiring civil rights—both individual and collective rights. Two such tendencies existed for either assimilation or collective defence.

Alternatively, there was a second political tendency for a given national minority—to attempt to replicate the prevailing Nation-State model by acquiring its own separatist entity. In the case of the Jewish People, this approach became codified as the theory of Zionism with the ‘Separation Principle’ of the Russian Zionist Jabotinsky. And that is how the Apartheid Separation Wall was built.

While all the various Jewish political tendencies sought to achieve ‘self-determination’, the Zionist movement were intent on building a ‘Nation-State’ on the European model as an outpost of the Occident. This was the notion of civilization, as if human history originated in the ‘West’. The Zionist concept of self-determination was particular because it was building a ‘Nation-State’ in the Land where an indigenous Nation lived already. Nonetheless the Zionist movement took the slogan from the Territorialists – ‘A Land without a People for a People without a Land’ to order to justify the capture of Palestine.

The problem with Zionist self-determination is that it denies the self-determination of the Palestinian People-Nation and so Zionism contradicts the right of self-determination even while it is claiming to uphold it for one Nation, but not for the other Nation in this case. This contradiction nullifies the ideology of Zionism as rational thought and contradicts the legal norms for self-determination which cannot deny the very same right to another People. This is why the Zionist State has been condemned so often by the United Nations General Assembly and not because it is being singled out.

The problem with Zionism itself is not that it is Jewish but that it is seeking to impose a State that is only Jewish. This is much the same as the right-wing populist currents such as the Christian fundamentalists of Trump who want a Nation-State that is only Christian Europeans. The same Nation-State concept is used by the Front National rightists in France as well to oppose the Arab presence in France. Each national political-culture has a similar current that represents about a third of the general public today. In the Zionist State however the far Right-wing populist current is still strong enough to form the coalition government presently in power.

It may also be observed that while the Zionist military campaign of Occupation began in 1947, other wars have followed. Another Occidental Crusade to remodel the Arab countries into the various spheres of influence outlined by the Sykes-Picot secret treaty has created the various Arab Nation-States today. This importation of the European model into the Western Orient Arab countries has met with continual disasters and opposition. This Christian and Zionist Crusade is being countered by the Arab Spring revolutions which are feed by the historic victory of the Algerian revolution in 1962 and the continuation of Palestinian resistance since 1947.

In this manner the Palestinian struggle for national liberation is at the core of the world geo-political impasse, which is plagued by both political and economic crises. The attempts to overcome such crises by subordinating others to better their condition are historic failures. The failure of the Nation-States is evident even to Europe which has attempted to build a Confederation on an equal footing. Meanwhile the Zionist State still imposes its Nation-State on the Palestinian, Druze, Bedouin and Mizrahi Arab Peoples as if this were still the 17th Century.

Dr. abraham Weizfeld
PhD UQÀM, MA York U., BSc UdeW
saalaha@fokus.name
514 284 66 42
Montréal

Nation, Society and the State :
the reconciliation of Palestinian and Jewish Nationhood

http://www.archipel.uqam.ca/7308/1/D2843.pdf

http://bookstore.authorhouse.com/Products/SKU-000425888/NATION–SOCIETY–AND–THE-STATE.aspx

50 ANS D’OCCUPATION MILITAIRE DE LA PALESTINE PAR ISRAËL

 

Il y a 50 ans, le 5 juin 1967, Israël lançait une guerre éclair contre l’Égypte, la Syrie et la Jordanie. En prenant le contrôle de la Cisjordanie, de Gaza, du Sinaï, du plateau de Golan et de Jérusalem, cette « guerre des 6 jours » marquera le début de l’occupation militaire de la Palestine. Aussi, dès le 22 novembre 1967, le Conseil de sécurité de l’ONU adopta, à l’unanimité, la résolution 242, qui exigeait le « retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés lors du récent conflit ».

La guerre des 6 jours aboutit à l’occupation de toute la Palestine par Israël qui n’a cessé de s’emparer de terres palestiniennes tout au long de ce demi-siècle, parfois à l’initiative même du gouvernement de Tel Aviv, ou sinon par des invasions de colons ultra-orthodoxes et nationalistes et ce, toujours à l’encontre du droit international. Aujourd’hui, 500 000 Israéliens occupent des terres palestiniennes volées à leurs propriétaires, avec la complicité de l’État d’Israël qui pratique la politique du fait accompli.  Il est à noter que 15 % de ces colons juifs viennent des États-Unis, premier allié d’Israël.

À partir de 2002, Israël a entrepris la construction d’un énorme mur de séparation de 700 kilomètres pour isoler d’avantage la population palestinienne, grugeant ainsi 8,5% du territoire. Ce mur, muni de points de passage ultrasophistiqués, prétend assurer la sécurité d’Israël. Elle constitue en réalité une véritable situation d’apartheid avec des conséquences humanitaires dramatiques pour la population. Celle-ci est confinée dans son territoire, soumise à des traitements humiliants et cruels, considérée comme indésirable. On empêche les gens de circuler, d’aller à l’hôpital, à l’école, au travail ; l’eau est confisquée par l’occupant et déviée au profit des colons illégaux ; l’approvisionnement en produits de première nécessité manque cruellement. Gaza est bombardée régulièrement.

Il est temps de secouer nos consciences devant cette situation d’apartheid et de nettoyage ethnique et de dénoncer ce crime contre l’humanité. La résistance du peuple palestinien est courageuse et ne flanche pas, mais la situation politique internationale est bloquée. C’est pourquoi il est urgent d’intensifier la solidarité internationale des peuples en appuyant la campagne de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) lancée par la société civile de Palestine, mobilisation en constante croissance dans les pays d’Europe et d’Amérique. Lors de son assemblée générale annuelle le 9 juin dernier, l’Association québécoise des organisations de coopération internationale (AQOCI), regroupant 65 organismes, a voté à l’unanimité son appui à la campagne BDS. Ainsi, par un moyen pacifique tout à fait légitime et très efficace, nous pourrons faire entendre raison à Israël pour qu’il se conforme au droit international, mette fin à l’apartheid de la population palestinienne et se retire des territoires occupés depuis 50 ans.

Claude Lacaille

Trois-Rivières

 

 

Source: http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/opinions/201706/19/01-5109043-50-ans-doccupation-militaire-de-la-palestine-par-israel.php

Appel à la libération d’une étudiante de Concordia retenue à Gaza

 

Des proches de l’étudiante de l’Université Concordia, Bissan Eid, retenue en territoire palestinien à Gaza depuis décembre 2016, ainsi que des organismes communautaires réclament des actions concrètes d’Ottawa pour qu’elle revienne au plus vite au Canada.

«Ce n’est pas assez de parler, il faut prendre des actions», a déclaré jeudi la coordinatrice à la recherche et à l’éducation à l’Association pour la voix étudiante au Québec, Sofia Sarhane, lors d’un rassemblement à Montréal. Le père de Bissen, Hadi Eidm, de même que le collectif Tadamen! et l’organisation Palestinien et Juifs unis (PAJU), souhaitent aussi sensibiliser le public au sort de Mme Eid.

Bissan Eid, qui a la citoyenneté canadienne, était retournée en territoire palestinien au mois de juin 2016 pour visiter ses grands-parents et se marier, malgré les conseils du gouvernement canadien d’éviter tout voyage et de faire preuve d’une très grande prudence dans la région.

La porte-parole aux Affaires mondiales du gouvernement canadien, Jocelyn Sweet, a précisé que «la capacité du gouvernement du Canada de fournir des services consulaires aux Canadiens à Gaza, y compris de l’aide pour quitter la région, est limitée».

« Nous avons besoin du public pour faire pression sur le gouvernement ». – Stefan Christoff, du collectif Tadamon

Depuis décembre 2016, le gouvernement israélien refuse d’accorder à la jeune femme de 24 ans une autorisation pour sortir du territoire de Gaza. Son principal problème vient de sa grossesse qui, à l’époque, était environ de quatre mois. Fin-mai 2017, elle a finalement accouché de son enfant à Gaza, ne bénéficiant pas de de soins de santé optimales que le Canada aurait pu lui procurer pour une jeune mère et son nouveau-né.

Devant le manque d’actions supposé du gouvernement depuis près de six mois, certains avancent la question de l’origine de Bissan Eid. Bruce Katz, co-président de Palestinien et Juifs Unis déclare ainsi que Bissan est «prisonnière du gouvernement d’Israël».

«Si un citoyen juif canadien avait été dans cette situation, les politiques auraient tout fait pour le ramener au pays. La différence est que Bissen est palestinienne», a-t-il dit.

«Je suis presque certain que si elle était blanche d’origine québécoise, les démarches auraient été plus rapides», a renchéri Stefan Christoff, du collectif Tadamon.

Bissan Eid est arrivée au Canada en 2002 à l’âge de 9 ans avec ses parents et est devenue citoyenne canadienne en 2005.

«Des représentants consulaires sont en contact avec Mme Eid et continuent de lui fournir de l’aide consulaire, y compris des renseignements à jour sur les avenues possibles afin de quitter la région, a indiqué Jocelyn Sweet. [Cependant], nous ne divulguerons aucun autre renseignement sur ce dossier afin de respecter la vie privée de la personne concernée ».

 

Source : http://journalmetro.com/actualites/montreal/1152196/appel-a-la-liberation-dune-etudiante-de-concordia-retenue-a-gaza/

50e anniversaire de l’occupation militaire par Israël de la Palestine

Position des Organisations de défense des droits de l’homme à l’occasion du 50e anniversaire de l’occupation militaire par Israël de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza

À l’occasion du 50e anniversaire de l’occupation par Israël de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de la Bande de Gaza, les organisations signataires déclarent ce qui suit :

Les racines du conflit israélo-palestinien sont plus anciennes que l’occupation militaire par Israël de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza qui date de 1967. Elles remontent à 1948, voire auparavant, lorsque des centaines de milliers de Palestiniens chassés de leur domicile en Palestine sous mandat britannique se sont réfugiés en Cisjordanie, dans la Bande de Gaza et dans d’autres pays du monde, notamment les pays arabes voisins.
Le droit à l’autodétermination des Palestiniens est largement reconnu par la communauté internationale, et ce en tant qu’obligation erga omnes. Ce droit va au-delà de la création d’un État palestinien sur le territoire occupé en 1967 et inclut le droit des réfugiés palestiniens à rejoindre leur domicile dont ils ont été expulsés par la force en 1948, avant et après cette date.
Depuis 1948, Israël commet des violations systématiques des droits de l’homme, dont un certain nombre relèvent des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Celles-ci comprennent notamment des assassinats, la destruction de biens sans justification sur le plan militaire, l’expropriation, l’incarcération et la torture, le transfert de civils israéliens vers les territoires occupés, le pillage des ressources naturelles ainsi que de nombreuses autres exactions. Tous ces crimes ont été commis en toute impunité et leurs auteurs sont parvenus à échapper aux poursuites.
Les pratiques d’Israël sur les territoires palestiniens occupés, en particulier les colonies de peuplement et le régime qui y est associé, se font au mépris du droit international et des droits souverains inaliénables des Palestiniens. Ces pratiques sont susceptibles de relever d’une annexion de facto de la Cisjordanie occupée ; de ce fait, l’occupation militaire par Israël s’assimile à une colonisation et à un apartheid, au mépris des principes du droit international qui soulignent la nature temporaire de toute occupation militaire.
La passivité de la communauté internationale et la complicité de certains États à l’égard des crimes commis par Israël ne font que prolonger le conflit aux dépens des droits des Palestiniens, notamment des victimes directes de crimes qui attendent encore que justice soit faite.
La communauté internationale est tenue juridiquement de mettre un terme à l’occupation israélienne et d’établir la responsabilité des Israéliens qui auraient commis des crimes graves au regard du droit international. La passivité de la communauté internationale, voire le soutien qu’elle témoigne à Israël, a encouragé la « puissance d’occupation » à poursuivre ses exactions, à mépriser ses obligations juridiques au regard du droit international, et à se comporter comme un État au-dessus des lois.
Le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert une enquête préliminaire sur la situation en Palestine le 16 janvier 2015, depuis que la compétence de la CPI a été reconnue par l’État de Palestine. En 2015 et 2016, le Bureau du Procureur de la Cour a signalé qu’il avait reçu plus de 86 communications relatives à des allégations de crimes. Les États se doivent de coopérer avec l’enquête préliminaire du Bureau du Procureur de la Cour de la CPI. Étant donné la gravité des crimes concernés et le manque d’efforts authentiques pour rendre des comptes, le Bureau du Procureur se doit d’ouvrir une enquête dans les meilleurs délais pour que justice soit faite et afin de prévenir une nouvelle escalade des exactions.

La communauté internationale ne doit pas reconnaître les modifications qu’a effectuées Israël sur le terrain ni s’accommoder de pratiques qui violent les droits fondamentaux des Palestiniens et sont susceptibles de relever des crimes graves au regard du droit international.
Toute solution ou proposition de paix qui ne se traduirait pas par la mise en œuvre du droit international et des résolutions pertinentes des Nations Unies visant à permettre aux Palestiniens d’exercer leur droit à l’autodétermination, ne doit pas être reconnue par la communauté internationale. Il ne saurait y avoir de paix sans justice.

 

Source:  https://www.fidh.org/fr/regions/maghreb-moyen-orient/israel-palestine/50e-anniversaire-de-l-occupation-militaire-par-israel-de-la-palestine

 

PALESTINIENS ET JUIFS UNIS (PAJU) APPUIE LA MOTION DU BLOC QUÉBÉCOIS EN SOUTIEN À LA PALESTINE

Pour diffusion immédiate

(la version anglaise suit)

Montréal le 30 mai 2017 – PAJU appuie la motion du  Bloc québécois, laquelle appelle à la reconnaissance par le Parlement canadien de la Palestine comme état indépendent en accordance avec le droit international et la politique étrangère officielle du Canada. La motion du Bloc s’avère le soutien sans équivoque au droit du peuple palestinien à s’autodéterminer, et à l’intégrité du droit international. Notons que 136 États membres de l’Organisation des Nations Unies sur 193 États membres reconnaissent l’État palestinien. Le gouvernement canadien se trouve alors dans une position minoritaire à l’ONU, votant toujours contre toute résolution favorisant les réclamations légitimes des Palestiniens par rapport à leurs droits historiques et leur droit à l’autodétermination. La politique du gouvernement Trudeau face à la question palestinienne est indiscernable de celle du gouvernement Harper qui le précédait. Pourtant, en terme de sa politique étrangère officielle, le Canada « reconnait le droit des Palestiniens à  l’autodétermination  et appuie la création d’un État palestinien voisin souverain, indépendant, solide et démocratique. »

Bruce Katz, co-président de PAJU, ajoute : « Le Bloc québécois démontre beaucoup d’intégrité et courage morale par cette motion qui reconnait intégralement le droit du peuple palestinien à l’autodétermination. D’ailleurs, la motion du Bloc est fondée sur la notion d’une solution à Deux-États, notion à laquelle les autres partis siégeant au Parlement du Canada prêtent allégeance sans toutefois l’appuyer concrètement. Alors, si ces dites partis votent contre la motion du Bloc, cela veut dire qu’ils votent contre la solution de Deux-États, ils sont déjà contre la solution d’un seul État binational, alors quel serait leur choix : a No-State solution? Ils ne pourront quand meme pas courir en deux directions à la fois! »

La motion du Bloc coïncide avec le 50ème anniversaire de l’occupation illégale et de la colonisation de la Cisjordanie, ce qui prête davantage d’importance à  cette motion. Notons aussi que Gaza est sous blocus depuis neuf ans-un crime de châtiment collectif en droit international- et que la Palestine comprend et la Cisjordanie et Gaza. Des milliers d’Israéliens viennent de manifester à Tel Aviv à l’appui de la paix et à l’appui d’un État palestinien indépendent. PAJU exhorte tous les partis siégeant au Parlement du Canada à voter unanimement en faveur de la motion du Bloc québécois sur la Palestine, sans quoi ils continueront d’être complices de la colonisation et de l’occupation illégales des territoires palestiniens.

-30-

Information : (514) 582-1642

www.pajumontreal.org

 

***********************************

PALESTiNIAN AND JEWISH UNITY (PAJU) SUPPORTS THE BLOC QUÉBÉCOIS MOTION IN SUPPORT OF PALESTINE

For immediate distribution

Montreal May 30, 2017 – PAJU supports the Bloc Québécois motion calling for the recognition by the Canadian Parliament of Palestine as an independent state in accordance with international law and official Canadian foreign policy. The Bloc motion is a statement of  unequivocal support for the right of the Palestinian people to self-determination and the integrity of international law. It should be noted that 136 Member States of the United Nations out of 193 Member States recognize the Palestinian state. The Canadian government is now in a minority position in the UN, still voting against any and all resolutions favoring the legitimate claims of the Palestinians in relation to their historical rights and their right to self-determination. The Trudeau government’s policy on the Palestinian issue is indistinguishable from that of the Harper government that preceded it. Yet, in terms of its official foreign policy, Canada « recognizes the right of the Palestinians to self-determination and supports the establishment of a sovereign, independent, strong and democratic neighboring Palestinian state.  »

Bruce Katz, co-president of PAJU, added: « The Bloc Québécois has demonstrated great integrity and moral courage by way of this motion, which fully recognizes the right of the Palestinian people to self-determination. In fact, the Bloc motion is based on the notion of a Two-State solution, a concept to which other parties in the Parliament of Canada  pay lip-service without actually supporting it in any concrete way. So if those parties vote against the Bloc motion, it means they are voting against the Two-State solution; they are already against the idea of a single binational state, so what would be their choice: a No- State solution? You can’t run in two directions at the same time!  »

The motion of the Bloc coincides with the 50th anniversary of the illegal occupation and colonization of the West Bank, which lends still greater weight to this motion. Also, it should be noted  that Gaza has been under blockade for nine years – the crime of collective punishment under international law- and that Palestine includes both the West Bank and Gaza. Thousands of Israelis have recently demonstrated in Tel Aviv in support of peace and support for an independent Palestinian state. PAJU urges all parties in the Parliament of Canada to vote unanimously in favor of the Bloc Québécois motion on Palestine. Otherwise, they will continue to be complicit in the illegal colonization and occupation of the Palestinian territories.

-30-

Information : (514) 582-1642

www.pajumontreal.org

Vigile de solidarité avec les prisonniers palestiniens

BONJOUR À TOUS LES INDIVIDUS ET À TOUS LES GROUPES QUI APPUIENT LES DROITS HUMAINS PALESTINIENS. VENDREDI, LE 28 AVRIL, IL Y AURA UNE VIGILE DE SOLIDARITÉ

QUI AURA LIEU DEVANT LE CONSULAT ISRAÉLIEN, CARRÉ WESTMOUNT, AVENUE GREENE DE MIDI À 14H00. ACTUELLEMENT PLUS DE 1 000 PRISONNIERS PALESTINIENS SONT

EN GRÈVE DE FAIM POUR PROTESTER CONTRE LES ABUS DE LEURS DROITS ET LES PIÈTRES CONDITIONS DANS LESQUELLES ILS VIVENT DANS LES PRISONS ISRAÉLIENNES.

VENEZ LES SUPPORTERS EN DÉNONÇANT LES ACTIONS DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN DEVANT LE CONSULAT ISRAÉLIEN VENDREDI.

PALESTINENS ET JUIFS UNIS (PAJU)

 

******************************

GREETINGS TO ALL THOSE INDIVIDUALS AND GROUPS THAT SUPPORT PALESTINIAN HUMAN RIGHTS. THIS FRIDAY, APRIL 28TH, WILL BE HELD A SOLIDARITY VIGIL IN SUPPORT

OF THE PALESTINIAN HUNGER STRIKERS IN FRONT OF THE ISRAELI CONSULATE AT WESTMOUNT SQUARE. THERE ARE PRESENTLY MORE THAN 1, 000 PALESTINIAN

PRISONERS ON HUNGER STRIKE TO PROTEST AGAINST THE ABUSE OF THEIR RIGHTS AND THE AWFUL CONDITIONS UNDER WHICH THEY ARE FORCED TO LIVE IN ISRAELI PRISONS.

COME SUPPORT THESE PRSONERS IN DENOUNCING THE ACTIONS OF THE GOVERNMENT OF ISRAEL IN FRONT OF THE ISRAELI CONSULATE THIS FRIDAY.

PALESTINIAN AND JEWISH UNITY (PAJU)

Déclaration pour une Cité sans frontières

En soutien et en solidarité avec les migrantEs vivant au Canada, victimes de discriminations de toute sorte, PAJU – Palestiniens et Juifs Unis se porte signataire de la Déclaration suivante.

[Nous invitons les organisations et les groupes à discuter cette déclaration collective et à la signer. Si votre organisation veut signer cette déclaration, ou a besoin plus de renseignements (incluant une présentation par les membres de Solidarité sans frontières) écrivez-nous. Si vous souhaitez vous impliquer plus directement dans la campagne Cité sans frontières, contactez-nous: solidaritesansfrontieres@gmail.com ! Vous pouvez télécharger la déclaration ICI.]

http://www.solidarityacrossborders.org/fr/solidarity-city/solidarity-city-declaration

Pour des milliers de migrant-e-s sans papiers vivant au Canada, des villes comme Montréal, Toronto et Vancouver sont de véritables ateliers de misère. Les migrant-e-s et les réfugié-e-s occupent les emplois les plus précaires et les plus dangereux. L’économie canadienne ne peut survivre sans cette main-d’œuvre aisément exploitable et hyper-vulnérable en raison du statut permanent dont ces personnes sont privées et en raison de la menace de déportation qui pèsent sur elles.

Pour que le capital profite de leur travail, les migrant-e-s sans papiers sont maintenu-e-s de force dans un état d’extrême vulnérabilité et privé-e-s de l’accès aux services essentiels et aux droits socio-économiques fondamentaux. Ce véritable système d’apartheid se maintient en place à coups de lois et de réglementations, mais aussi à force de crainte d’être découvert-e-s et déporté-e-s.

Tout le monde devrait avoir accès aux soins de santé, à l’éducation, au logement social, aux banques alimentaires, à l’aide financière aux chômeurs et chômeuses et à toute forme de protection sociale, peu importe son statut migratoire. Les normes du travail et les droits humains devraient être accessibles à toutes et tous sans exception.

Alors que les capitaux et les grandes entreprises franchissent les frontières plus facilement que jamais, ces mêmes frontières deviennent de plus en plus meurtrières pour des milliards d’êtres humains à travers le monde. « Cité sans frontières » est le nom de notre résistance à cette réalité et le nom du projet visant à faire de nos milieux de vie non plus des lieux de discrimination et d’exploitation à caractère raciste mais des espaces d’entraide, de soutien et de solidarité.

Afin de rendre concrète cette résistance, nous demandons aux organisations et aux centres communautaires, aux syndicats et aux organismes de défense de droits, aux écoles et aux institutions d’enseignement, aux centres de services sociaux et de soins de santé, aux banques alimentaires, aux centres d’hébergement et autres refuges, aux coopératives d’habitation et aux organismes de logement social, enfin à toute organisation et à toute personne de s’engager à fournir des services à toutes et tous, sans égard au statut d’immigration. En signant la présente déclaration, nous faisons un premier geste visant à manifester symboliquement et publiquement cet engagement.

De plus, en endossant cette déclaration collective, nous appuyons publiquement la campagne Un statut pour tous et toutes qui revendique la fin des déportations et des détentions des migrant-e-s, ainsi qu’un programme continu et complet de régularisation pour tous les sans-papiers vivant au Canada.

 

Les organismes fournissant des services s’engagent:

•    à ne jamais demander d’information à propos du statut d’immigration ;
    •    à traiter de façon strictement confidentielle les informations concernant les statuts d’immigration qu’ils posséderaient déjà et à ne les partager d’aucune manière avec les autorités et les agences gouvernementales ;
    •    à ne pas exiger de frais sur la base du statut d’immigration ;
    •    à mettre en œuvre une politique de non-coopération avec l’Agence des services frontaliers, notamment en refusant leur présence dans leurs lieux ;
    •    à s’assurer que toute personne travaillant chez eux et dans leur communauté ait accès aux normes de travail et aux autres droits humains, peu importe son statut migratoire.

À la peur, à l’isolement, à la division et à la précarité, nous répondons par l’entraide, le soutien, la solidarité et l’action directe.

 

SOLIDARITÉ SANS FRONTIÈRES

http://www.solidaritesansfrontieres.org
438-933-7654 – solidaritesansfrontieres@gmail.com

Cette déclaration est endossée et signée par:

* Solidarité sans frontières (SSF) / Solidarity Across Borders (SAB)
* Apatrides anonymes
* Artivistic
* Assemblée populaire et autonome de Hochelaga-Maisonneuve (APAQ-Hochelaga-Maisonneuve)
* Assemblée populaire et autonome de Montréal (APAQ-Montréal)
* Assemblée populaire et autonome de Villeray (APAQ-Villeray)
* Association pour la liberté d’expression
* Association de locataires de Villeray (ALV)
* Syndicat des employé-e-s occasionnel-le-s de l’Université McGill (SEOUM)/Association of McGill University Support Employees (AMUSE)
* La Belle Époque
* Cactus Montréal
* Café l’Artère
* Centre communautaire des femmes sud-asiatiques (CCFSA)/South Asian Women’s Community Centre (SAWCC)
* Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal (CÉAF)
* Centre des femmes d’ici et d’ailleurs (CFIA)
* Centre des femmes italiennes de Montréal / Changement de nom pour le Centre des femmes solidaires et engagées
* Centre des femmes de Verdun
* Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI)/Immigrant Workers Centre (IWC)
* Centre d’orientation paralégale et sociale pour immigrants (COPSI)
* Centre québécois de formation pour les jeunes en matière de droits humains (CQF)
* Centre social autogéré de Pointe Saint-Charles
* L’Ensemble de l’insurrection chaotique/Chaotic Insurrection Ensemble
* Coalition des familles LGBT (CF-LGBT)
* Collectif opposé à la brutalité policière (COBP)/Collective Opposed to Police Brutality
* Comité d’Action de Parc-Extension (CAPE)
* Comité d’aide aux réfugiés (CAR)/Committee to Aid Refugees (CAR)
* Comité BAIL
* Comité citoyen de Parc-Extension
* Comité Libertad
* Comité logement Ahuntsic-Cartierville
* Comité logement de la Petite Patrie
* Comité logement du Plateau Mont-Royal  (CLPMR)
* Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
* Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM)-CSN
* Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC)
* Coopérative d’habitation Le Peuplier de Pointe-Saint-Charles
* Coopérative d’habitation Port d’attache (Parc Extension)
* Dignidad Migrante
* Fédération des coopératives d’habitation intermunicipale du Montréal métropolitain (FECHIMM)
* Fédération des femmes du Québec (FFQ)
* Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN)
* Femmes du monde à Côte-des-Neiges
* Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)
* Infologis de l’Est de l’Île de Montréal
* Laboratoire de recherche en relations interculturelles de l’Université de Montréal (LABRRI)
* Médecins du Monde
* Médi@s Libres – Collectif de médias alternatifs
* Mexicain.e.s uni.e.s pour la régularisation (MUR)
* Mouvement Action Justice (MAJ)
* La Patate du Peuple/People’s Potato
* Personne n’est illégal-Montréal/No One Is Illegal-Montreal
* P.O.P.I.R. – Comité Logement
* Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC)
* Groupe de recherche d’intérêt public-Concordia (GRIP-Concordia)/Quebec Public Interest Research Group-Concordia (QPIRG-Concordia)
* Groupe de recherche d’intérêt public-McGill (GRIP-McGill)/Quebec Public Interest Research Group-McGill (QPIRG-McGill)
* Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ)
* Regroupement des cuisines collectives du Québec (RCCQ)
* Réseau de la Commission populaire/People’s Commission Network
* Réseau Koumbit
* Services juridiques communautaires de Pointe-Saint-Charles et Petite-Bourgogne
* Le Réseau de Solidarité du Sud-Ouest/Southwest Solidarity Network
* Stella, l’amie de Maimie
* Syndicat des auxiliaires de recherche et d’enseignement de Concordia (SAREC)/Teaching and Research Assistants at Concordia (TRAC)
* Syndicat des étudiant-e-s employé-e-s de l’UQÀM (SÉTUE)
* Syndicat industriel des travailleurs et des travailleuses-Montréal (SITT-Montréal)/Industrial Workers of the World-Montreal (IWW-Montreal)
* Tadamon!

Source: http://www.solidarityacrossborders.org/fr/solidarity-city/solidarity-city-declaration