Il faut s’opposer à la menace du gouvernement du Canada de criminaliser la critique d’Israël

image003

 

En 2009, le gouvernement du Canada a soutenu de manière très importante la Coalition parlementaire canadienne pour combattre l’antisémitisme (CPCCA), un groupe de parlementaires accusant d’antisémitisme tous ceux qui contestent le traitement injuste fait par Israël aux Palestiniens et Palestiniennes. Le but de la CPCCA était de créer au Canada un climat dans lequel toute critique d’Israël pourrait être criminalisée. Heureusement, cette initiative a échoué, grâce à une large opposition du public canadien.

 

Dans ce qui apparaît comme une nouvelle tentative pour supprimer toute critique d’Israël, le gouvernement du Canada a signé un Protocole d’entente avec Israël concernant la diplomatie publique. Ce protocole stipule que «le ciblage sélectif d’Israël constitue le nouveau visage de l’antisémitisme» et déclare que le Canada s’opposera à ceux et celles qui soutiennent le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). (voir au verso)

 

Peu après la signature de ce protocole, le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a annoncé à l’Assemblée générale de l’ONU que le gouvernement du Canada ferait preuve de «tolérance zéro» à l’égard de «toutes les formes de discrimination, y compris la rhétorique, envers Israël, et les tentatives de délégitimation d’Israël comme le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions.  »

 

Tout cela fait suite au fait qu’en octobre 2014, le gouvernement du Canada a adopté des modifications au Code criminel dans le projet de loi C-13, lesquelles élargissent aux « nations » la définition de groupes devant être protégés contre l’incitation publique à la haine. Ce changement à la loi canadienne, ressemble en tout point à ce qui s’est fait en France, où des modifications au code pénal français ont conduit à la condamnation pour incitation à la haine raciale de vingt citoyens français appuyant le mouvement BDS.

 

Rien n’est encore très clair quant à la façon de procéder du gouvernement du Canada pour mettre en œuvre cette politique de «tolérance zéro» contre ceux et celles qui exercent leur liberté d’expression en préconisant et en participant à la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël pour faire respecter les droits des Palestiniens et Palestiniennes. Ce qui est clair, cependant, c’est que le gouvernement du Canada est déterminé à cibler les personnes qui rendent visibles les mauvais traitements infligés par Israël aux Palestiniens et Palestiniennes et s’y opposent. Ces efforts déployés par le gouvernement ne peuvent que jeter un froid sur la démocratie canadienne et peuvent conduire à la criminalisation de la dissidence à plus ou moins brève échéance.

 

Nous sommes sans équivoque dans notre condamnation de toutes les formes de racisme, y compris l’antisémitisme. Il faut affirmer avec insistance qu’il n’est pas antisémite de critiquer l’État d’Israël. Ceux qui assimilent ces critiques à une haine des Juifs tentent simplement de réduire au silence toute personne ou groupe qui critique Israël.

 

Devant ces gestes du gouvernement du Canada, et parce que nous sommes dans une démocratie, nous devons défendre le droit des citoyennes et citoyens de critiquer le comportement de tout gouvernement et de choisir des moyens pacifiques comme le boycott pour changer ce comportement.

Initiative du groupe Voix Juives Indépendantes

————-

Nous, les organisations soussignées, nous opposons aux tentatives du gouvernement du Canada visant à criminaliser la critique ou l’opposition aux actions de tout pays.

 

 

Protocole d’entente entre le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada et le ministère des Affaires étrangères de l’État d’Israël concernant la Coopération en diplomatie publique

Le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada et le ministère des Affaires étrangères de l’État d’Israël, ci-après dénommés les « Participants »,

Cherchant à respecter les engagements pris dans le Protocole d’entente entre le Canada et Israël concernant un Accord de partenariat stratégique Canada-Israël, signé Jérusalem le 21 janvier 2014 pour renforcer leurs relations bilatérales,

Réaffirmant leur attachement aux valeurs communes de liberté d’expression et de réunion, de démocratie et de primauté du droit,

Partageant le point de vue que seules des négociations directes entre l’État d’Israël et les Palestiniens peuvent conduire à un règlement pacifique du conflit et à la réalisation de la solution de deux États,

Profondément préoccupés par les efforts accomplis pour singulariser l’État d’Israël pour la critique et d’isoler l’État d’Israël à l’échelle internationale, y compris les appels à un boycott de l’État d’Israël, pour la cession d’investissements, et pour que des sanctions soient imposées à l’État d’ Israël,

Reconnaissant que le ciblage sélectif de l’État d’Israël représente le nouveau visage de l’antisémitisme, Se sont entendus sur ce qui suit :

  1. Les Participants travailleront ensemble pour s’opposer aux efforts de singulariser ou d’isoler l’État d’Israël à l’aide des actions suivantes :
    1. L’élaboration d’une initiative de diplomatie ouverte coordonnée, tant sur le plan bilatéral que sur les tribunes internationales et multilatérales pour s’opposer aux boycotts d’Israël, de ses institutions et de son peuple dans un délai de trois à six mois;
    2. L’expression publique de leur opposition à ceux qui remettraient en question le droit de l’État d’Israël d’exister ou de se défendre seul;
    3. La conduite de consultations annuelles afin d’identifier les possibilités de plaider en faveur de la pleine participation de l’État d’Israël à l’économie mondiale.
  2. Le présent Protocole d’entente prendra effet à la date de la dernière signature par les Participants.
  3. Les Participants pourront modifier le présent Protocole d’entente par leur consentement mutuel écrit.
  4. Un Participant pourra mettre fin au présent Protocole d’entente en donnant un avis écrit à l’autre Participant. John Baird Avigdor Lieberman
  5. Pour le ministère des Affaires étrangères de l’État d’Israël.
  6. Pour le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada
  7. Signée en double exemplaire à Jérusalem en ce 18e jour de janvier 2015, qui correspond au 27 jour de Tevet 5775 au calendrier hébreu, en langues française, anglaise et hébraïque, chaque version étant également valide.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s