Coloniser Noël : la réalité sur l’occupation israélienne et Bethléhem

Palestine-1-afp_photo_hazem_bader_2010-300x199

PAJU (Palestinian and Jewish Unity) # 776 December 25th, 2015

Colonizing Christmas: the Reality of the Israeli Occupation and Bethlehem

(La version française suit)

Bethlehem is a living example of the serious and appalling consequences of Israel’s settlement policy in Palestine.The illegal confiscation of land, the eviction of Palestinian families and th econtinuing construction of illegal Israeli settlements are just a few of the countless stories that can be heard from the mouths of the inhabitants of Palestine in general and those of Bethlehem in particular. Indeed, Israel seeks to transform the demographic and geographic composition of the Occupied Palestinian Territories, especially in occupied East Jerusalem, by taking the maximum possible land and natural resources with the minimum possible number of Palestinians living on the land and for the benefit of the illegal settlement enterprise. There are currently 22 Israeli settlements which have been built on the lans of Bethlehem, including Gilo, Har Homa and Giv’at Hamatos in the north; Tekoa and Nokdim (where lives the (former) Minister of Foreign Affairs of Israel, Avigdor Lieberman), to the east; Efrata and Navi Daniel (where lives the one-time Israeli Minister of Public Diplomacy, Yuli Edelstein), to the south; Har Gilo and Betar Illit to the west. Bethlehem is being transformed into an open- air prison. In the northern sector of Bethlehem (including Bait Sahour and Beit Jala), Israel has illegally confiscated about 22,000 dunums of land (22 square kilometers). Some of the announced Israeli plans for the settlements of Gilo and Giv’at Hamatos and Har Homa are for the hotels that ultimately will benefit from their proximity to Bethlehem, as they will benefit from an ideal view of the city. While these hotels will be located on the land of Bethlehem, they will be used to benefit colonization and the illegal Israeli settlers, instead of benefiting the legitimate owners of this land. The Israeli policy of occupation for the separation and isolation of Palestinian communities has divided the historic communities in a very virulent manner. In particular, the Wall and the imposition of a racist regime of authorized permits have increased even more the disconnect between Bethlehem and Jerusalem. This licensing system requires Palestinians who do not live in Jerusalem to obtain a security clearance in order to pass from one side to the other. This is true for Palestinian authorities, women, the elderly and the young, both Christians and Muslims. Israel uses the number of permits granted to Palestinian Christians at Easter and Christmas to improve its international image. These, the Israelis present as a goodwill gesture and a sign of cooperation, while the system actually requires the Palestinians to apply for authorization from the occupying power to pass from one side to the other of their own country, not from one country to another country. And on top of that, not all those who request the authorization get it. For example, in April of 2011, 15,000 Palestinian Christians filed applications to come to occupied East Jerusalem, but Israel only granted approximately 2, 500 permits.

Adapted from : http://www.mondialisation.ca/coloniser-noel-la-realite-sur-loccupation-israelienne-et-bethlehem/5317064

Distributed by PAJU (Palestinian and Jewish Unity)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

 

==========================================================================================================================

PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) n0. 776  le 25 décembre 2015

Coloniser Noël : la réalité sur l’occupation israélienne et Bethléhem

Bethléhem est un exemple vivant des conséquences graves et révoltantes de la politique israélienne de colonisation en Palestine. La confiscation illégale des terres, l’expulsion des familles palestiniennes et la construction qui se poursuit de colonies israéliennes ne sont que quelques-unes des histoires innombrables que l’on peut entendre de la bouche des habitants de la Palestine en général, et de ceux de Bethléhem en particulier. En effet, Israël cherche à transformer la composition démographique et géographique du territoire palestinien occupé, et particulièrement de Jérusalem-Est occupée, en s’emparant du maximum possible de terres et de ressources naturelles, avec le minimum possible de Palestiniens, et ce, au profit de l’entreprise illicite de colonisation.

Il y a actuellement 22 colonies israéliennes à s’être montées sur les terres de Bethléhem, notamment Gilo, Giv’at Hamatos et Har Homa, au nord ; Teqoa et Nokdim (où vit l’(ex-)ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Liberman), à l’est ; Efrata et Navi Daniel (où vit le ministre de la Diplomatie publique israélien, Yuli Edelstein), au sud ; et encore Har Gilo et Betar Illit, à l’ouest ; transformant de fait Bethléhem en prison à ciel ouvert.

Dans le secteur nord de Bethléhem (incluant Beit Jala et Bait Sahour), Israël a confisqué, en toute illégalité, environ 22 000 dunums de terre (22 km²). Certains des projets israéliens annoncés pour les colonies Gilo, Giv’at Hamatos et Har Homa sont pour des hôtels qui finalement tireront profit de leur proximité avec Bethléhem, de même qu’ils bénéficieront d’une vue idéale sur la ville. Alors que ces hôtels vont être situés sur la terre de Bethléhem, ils seront utilisés au profit de la colonisation et des colons israéliens illégaux, au lieu de bénéficier aux légitimes propriétaires de cette terre.

La politique israélienne d’occupation pour la séparation et l’isolement des communautés palestiniennes a divisé les communautés historiques de manière très virulente. En particulier, le Mur et l’imposition d’un régime raciste d’autorisations ont accru encore plus la déconnexion entre Bethléhem et Jérusalem. Ce régime d’autorisations requiert des Palestiniens qui n’habitent pas Jérusalem d’obtenir une autorisation de sécurité pour pouvoir passer d’un côté à l’autre. Ceci est vrai pour les autorités, les femmes, les personnes âgées et les jeunes, chrétiens et musulmans.

Pour redorer son image internationale, Israël se sert du nombre d’autorisations accordées aux Palestiniens chrétiens à Pâques et à Noël. Les Israéliens les présentent comme un geste de bonne volonté et un signe de coopération, alors qu’ilexige en réalité des Palestiniens de faire une demande d’autorisation auprès de la puissance occupante pour pouvoir passer d’un côté à l’autre de leur propre pays, pas d’un pays à un autre pays. Et en plus de cela, tous ceux qui en font la demande ne l’obtiennent pas. Par exemple, en avril 2011, 15 000 chrétiens palestiniens ont déposé une demande d’autorisation pour venir à Jérusalem-Est occupée, mais Israël n’en a accordé que 2500 environ.

Adapté de : http://www.mondialisation.ca/coloniser-noel-la-realite-sur-loccupation-israelienne-et-bethlehem/5317064

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs Unis)              

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s