PÉTITION DE LA COALITION BDS-QUÉBEC: EN SOUTIEN AU MOUVEMENT BDS DE FRANCE ET DU CANADA

Boycott Désinvestissement Sanctions contre Israël

1. En France, le 20 octobre 2015, par deux arrêts, la Cour de cassation (l’équivalent de la Cour d’Appel du Québec) a déclaré illégal l’appel à boycotter des produits israéliens et confirmé la lourde condamnation de plusieurs militants du mouvement (BDS). Des militant.e.s continuent d’être poursuivis ou condamnés en vertu de ces arrêts. La France est ainsi devenue le seul pays démocratique du monde où une telle interdiction a été prise.

2.  Au Canada en janvier 2015, l’ex-gouvernement de M Harper a signé un Protocole d’entente avec Israël concernant la diplomatie publique stipulant que «le ciblage sélectif d’Israël constitue le nouveau visage de l’antisémitisme» et déclarant que le Canada s’opposera à ceux et celles qui soutiennent le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). À ce jour, le nouveau gouvernement de M Trudeau n’a montré aucun signe de vouloir annuler ce protocole.

3.  La campagne BDS repose sur le droit international L’appel à une campagne internationale BDS a été lancé le 4 juillet 2005 par la société civile palestinienne pour amener Israël (…) à reconnaître le droit inaliénable des Palestiniens à l’autodétermination et à respecter complètement les dispositions des lois internationales en :

  • mettant fin à l’occupation (résolution 242 du Conseil de sécurité de l’ONU) et à la colonisation de toutes les terres arabes (violation de l’article 49 de la IVe Convention de Genève) et en démantelant le Mur (violation de la décision de la Cour internationale de justice du 9 juillet 2001 qui ordonne à Israël de le démanteler)
  • en reconnaissant le droit fondamental des citoyens arabo-palestinien d’Israël à une égalité totale (violation par Israël de la Convention internationale sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid)
  • en respectant, protégeant et soutenant le droit des réfugié.e.s palestiniens à revenir dans leurs foyers comme le stipule la résolution 194 de l’ONU.

4. La campagne BDS est une action pacifique. Le mouvement BDS s’est créé dans un contexte de démission de la communauté internationale incapable de mettre un terme au développement de la colonisation en contravention des nombreuses résolutions onusiennes ni de protéger les Palestinien.ne.s des exactions quotidiennes que leur infligent armée et colons israéliens. Ce mouvement pour le boycott rencontre un succès croissant ici et dans le monde, en tant que seul moyen non-violent de faire pression sur Israël. Il permet à toutes celles et ceux qui le souhaitent de manifester pacifiquement leur solidarité et de protester par là-même contre le traitement de faveur dont bénéficie ce pays de la part de la communauté internationale en dépit de ses violations constantes du droit international.
Elle est une action citoyenne en ce qu’elle repose sur le droit d’expression de tout citoyen.ne à critiquer les politiques de n’importe quel État. Elle a été utilisée contre l’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid et aussi par de nombreux groupes contre la Birmanie, la Russie, le Mexique, la Chine. Les actions de boycott pour pousser à des changements sur le plan social, politique ou économique, ont toujours été considérées, par les pays démocratiques, comme des formes protégées de liberté d’expression.

5. La campagne BDS n’est d’aucune façon une manifestation d’antisémitisme car elle ne vise pas les « juifs en tant que juifs » mais les politiques des gouvernements israéliens successifs qui violent systématiquement le droit international et les droits fondamentaux, individuels et collectifs, du peuple palestinien.

Nous invitons tous les gens de conscience à signer la pétition suivante :

  • Nous demandons au Président français et au gouvernement français :
    – d’abroger immédiatement les circulaires Alliot Marie et Mercier, qui demandent au parquet de poursuivre les citoyens qui appellent au boycott des produits d’origine israélienne exclusivement ;
    – de marquer de manière claire et publique les limites entre l’antisémitisme, qui est un délit, et l’action citoyenne contre les dénis du droit international commis par l’Etat d’Israël, qui est un droit citoyen imprescriptible.

 

  • Nous exprimons notre solidarité aux militant.e.s français poursuivis, arrêtés ou condamnés et nous demandons leur relaxe immédiate.

 

  • Nous demandons au premier ministre et au gouvernement canadien d’annuler le Protocole d’entente Canada-Israël concernant la diplomatie publique.

 

  • Nous appuyons l’appel à la campagne internationale BDS par la société civile palestinienne.

 

  • Nous invitons à poursuivre le boycott des produits israéliens.

SVP signer la pétition en ligne d’ici le 29 février 2016 en cliquant sur le lien hypertexte suivant  https://www.change.org/p/en-soutien-au-mouvement-bds-de-france-et-du-canada ou en écrivant à BDS Québec – info@bdsquebec.ca

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s