Shlomo Sand: “Comment j’ai appris à aimer les sanctions imposées en Israël »

PAJU (Palestiniens et Juifs unis) no 790 le 1er avril 2016

Shlomo Sand

« À très peu de distance de nos existences quotidiennes à Tel-Aviv et Haïfa, vit depuis près d’un demi-siècle une population privée de droits humains et de droits civiques les plus essentiels. Nous, Israéliens, nous travaillons, rêvons et vivons en liberté et dans le confort alors que, pas très loin de chez nous, des gens sont à la merci de militaires et des colons. Ces derniers, encouragés par le gouvernement, ont développé un appétit gargantuesque pour leurs terres. Si la terreur devait s’accroître et si des agresseurs suicidaires plus âgés devaient rallier les jeunes d’aujourd’hui, il est possible que tôt ou tard de plus en plus d’Israéliens en aient réellement assez de l’occupation. Mais si ce triste scénario devait se matérialiser, ce ne serait qu’après beaucoup d’événements qui auront ensanglanté les deux camps.

Puisque je m’oppose à l’occupation et au refus des droits à autrui, j’en suis venu à la conclusion que j’avais refusée précédemment. Je dois m’expliquer en public. Je ne puis plus continuer à critiquer l’application de pressions extérieures sur le gouvernement israélien.

Ainsi les sanctions qui seraient prises dans l’intention d’empêcher Israël de contrôler en permanence l’existence d’autres personnes en les privant du droit de vivre sur leur propre territoire et d’être responsable de leur existence comme cela a été le cas ces 50 dernières années sont justes. Elles ne contreviennent pas au principe démocratique de souveraineté. C’est le contraire qui est vrai. Elles lui donnent du pouvoir. De telles sanctions peuvent sauver les vies des agresseurs suicidaires et celles de leurs victimes, mais elles peuvent surtout dégager Israël d’un piège dont il est incapable de s’extraire tout seul. Quiconque aime cet endroit et refuse la terreur ne peut se permettre de continuer à protester contre des pressions et des sanctions qui deviennent de plus en plus légitimes. »

Propos de Shlomo Sand, professeur d’histoire à l’université de Tel Aviv.

Adapté du quotidien Haaretz : http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.703059

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs Unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

Publicités

Un commentaire sur “Shlomo Sand: “Comment j’ai appris à aimer les sanctions imposées en Israël »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s