Valls et le CRIF*, ou comment développer l’antisémitisme en prétendant le combattre

Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) no. 791  le 8 avril  2016

manuel-valls-au-diner-du-crif-a-paris

Le diner du CRIF a été l’occasion d’un nouveau festival de déclarations scandaleuses et terriblement dangereuses, la pire étant probablement cette assimilation pure et simple de l’antisionisme à l’antisémitisme dans la bouche d’un premier ministre. En effet, cette façon de faire des Juifs de France les enfants chéris de la République, et de la critique d’Israël la preuve d’une haine antisémite, est le moyen le plus sûr de développer l’antisémitisme.

Sous prétexte qu’il parle au diner du CRIF, censé être représentatif des Juifs de France, le premier ministre disserte sur l’antisémitisme en lui donnant une place et un statut supérieur à toute autre forme de racisme. Que Netanyahou trouve son compte dans un tel discours qui justifie son appel aux Juifs de France à rejoindre Israël, c’est évident.

Certes il déclare que la France ne serait pas la France sans ses Juifs, un propos jamais tenu pour les autres composantes de la population de notre pays, et là encore il isole les Juifs dans la protection que la France leur doit. Il attise la concurrence des victimes en faisant des Juifs victimes de l’antisémitisme à protéger que les autres (au moment où les expulsions de Roms se poursuivent dans un silence assourdissant du CRIF notamment, et où la France ne respecte pas ses obligations légales vis-à-vis des réfugiés).

Et la campagne citoyenne et non-violente «Boycott Désinvestissement Sanctions »serait antisémite, parce qu’elle délégitimerait Israël, alors qu’elle ne fait que mettre le doigt sur le fondement colonial et le système d’apartheid constitutif de cet État. D’une certaine façon, après avoir fait porter la suspicion de terrorisme sur tous les « racisés », en particulier « arabo-musulmans », en enclenchant un débat sur la déchéance de nationalité, il n’est pas loin d’encenser la double fidélité des Juifs de France à la France et à Israël.

Nous espérons que beaucoup plus de Juifs comprendront que ces déclarations d’amour aux Juifs de la part des autorités d’État, loin d’être une protection, est le plus terrible ferment de développement de l’antisémitisme et même des théories du complot juif. Plus que jamais, la parole juive contre le racisme doit être une dénonciation de toutes les discriminations, et en particulier de celles dont l’État se rend coupable.

Le Bureau national de l’Union Juive Française pour la Paix, le 9 mars 2016.

*CRIF : Conseil Représentatif des Institutions juives de France

Adapté de http://www.ujfp.org/spip.php?article4769

             Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs Unis)          

       WWW.PAJUMONTREAL.ORG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s