PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) no 801 le 17 juin 2016 – Le droit au boycott Partie I

(English follows)

PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) no 801 le 17 juin 2016
Le droit au boycott, 1re partie

Israël a officiellement refusé de renouveler les documents de voyage de Omar Barghouti, cofondateur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), ce qui correspond à une interdiction de voyager et une attaque contre les défenseurs des droits humains des Palestiniens. Les mesures prises contre Omar sont éminemment politiques. Un représentant de Human Rights Watch a condamné cette mesure: 

– L’interdiction de voyager émise contre Omar Barghouti vise à l’empêcher de parler et éventuellement à le priver de son droit de résidence;

– Cette décision suit des menaces contre des défenseurs des droits humains liées à BDS émises par des ministres israéliens condamnés par Amnistie internationale;

– Israël utilise ses services secrets pour surveiller les citoyens occidentaux actifs dans BDS. 

Barghouti, qui habite avec sa famille à Acre, est résident permanent d’Israël et a besoin d’un document lui permettant des aller-retour en Israël et en Palestine: « Je suis déconcerté, mais certainement pas découragé par ces menaces. Rien ne m’empêchera de me battre pour la liberté de mon peuple, la justice et la paix. »

Le ministre de l’Intérieur, Arieh Deri, a également émis des menaces durant une récente conférence anti-BDS à Jérusalem, reconnaissant avoir tenté de répondre à la demande d’un membre d’extrême droite du Parlement de révoquer la résidence permanente de Barghouti. 

L’interdiction de voyager suit de manière à peine voilées l’incitation à la violence physique contre Barghouti et les activistes de BDS émises par le ministre des services secrets, Ysrael Katz, et le ministre des Affaires stratégiques, Gilad Erdan. Katz a demandé à Israël de s’impliquer dans `des éliminations stratégiques’ de dirigeants du BDS. Quant à Erdan, il dépeint les militants et chefs du BDS comme des menaces et dit qu’ils doivent « payer le prix » de leurs actions, tout en rajoutant qu’il ne parle pas de « dommage physique ».   

Amnistie internationale a exprimé son inquiétude concernant la liberté et la sécurité du défenseur palestinien des droits humains, Omar Barghouti, à la suite de ces menaces – menaces physiques et atteintes aux droits humains fondamentaux.
Adapté du Comité National Palestinien BDS le 10 mai 2016
Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs Unis)
     WWW.PAJUMONTREAL.ORG

================================================================================

PAJU (Palestinian and Jewish Unity) # 801 June 17th, 2016
RIGHT TO BOYCOTT Part 1

Israel has officially refused to renew the travel document of Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) movement co-founder Omar Barghouti in a move that amounts to a travel ban and is an escalation of its attacks on Palestinian human rights defenders who nonviolently advocate for Palestinian rights under international law. The measures being taken against Omar are deeply political. A Human Rights Watch spokesperson has condemned the travel ban against Omar.
– Travel ban on Omar Barghouti seen as repressive attempt to silence him and eventually revoke his residency rights

– Move follows threats against BDS human rights defenders by Israeli ministers condemned by Amnesty

– Israel using intelligence services to spy on western citizens active in BDS

Barghouti, who lives with his family in Acre, has Israeli permanent residency and requires an Israeli travel document to be able to travel in and out of Palestine/Israel. His immediate reaction was: “I am unnerved but certainly undeterred by these threats. Nothing will stop me from struggling for my people’s freedom, justice and peace”.

Israeli Interior Minister Aryeh Deri had threatened as much at a recent anti-BDS conference held in Jerusalem when he disclosed that he was “inclined to fulfill” a request he had received from a far-right Israeli member of parliament to revoke Barghouti’s permanent residency. The travel ban follows thinly-veiled incitement to physical violence against Barghouti and BDS activists by Israeli Intelligence Minister Yisrael Katz and Minister of Strategic Affairs Gilad Erdan. Katz called on Israel to engage in “targeted civil eliminations” of BDS leaders, while Erdan described BDS activists and leaders as threats and called for them to “pay the price” for their work, following this with a clarification that he does not mean “physical harm”. Defending “campaigns to hold Israel accountable for human rights and other international law violations”, Amnesty International has expressed its concern for “the safety and liberty of Palestinian human rights defender Omar Barghouti” following these threats, “including of physical harm and deprivation of basic rights”.

Adapted from Palestinian BDS National Committee 10 May 2016
Distributed by PAJU (Palestinian and Jewish Unity)
WWW.PAJUMONTREAL.ORG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s