The Origins of Zionism

 


by Dr. Abraham Weizfeld Ph.D.
2017-07-04

 

Few other states claim to be “Nation-States” nowadays as the Zionist State claims to be. Instead of prizing homogeneous populations, it is considered better today for a State to boast of its multicultural diversity and its commitment to equality of rights for its citizens. However, the “Nation-State” concept was admired for a long time as a political ideal. Indeed, when it was invented during the European Reformation, it was a progressive solution to a serious set of conflicts. Wars of religion had raged for decades, as Protestants sought national independence for particular territories from the Holy Roman Empire. Civil wars raged on by each religious faction seeking dominion over the other. Finally, in 1648 the “Treaties of Westphalia” were conceived, creating a basis for national self-determination. Henceforth each territory would be sovereign and its ruler would decide its official religion. Political interference in the affairs of a different sovereign territory was prohibited. These treaties established the rule that states were to be entities within clear geographical borders, each with a population that should preferably be religiously homogeneous—a principle that grew into the “Nation-State” notion that each People should have its own state.

The Nation-State notion would become idealized by the German philosopher Georg Wilhelm Friedrich Hegel, even though he denied that the German provinces, when unified, should be considered the German Nation-State, since only Prussia was “racially pure” enough to be considered a Nation. In this manner the Nation-State reflects a racialist concept in which each Nation or People should exclusively inhabit its own distinct State. This exclusivist doctrine was accepted by many liberals in the belief that it was somehow conducive to democratization by giving “self-determination” to each Nation. But the doctrine also has xenophobic and racist implications. Its exclusivism has resulted in many wars for control of territory, and has had grievous consequences for national minorities. In Europe they were either ghettoized or initially, forced to assimilate and then subsequently expelled or annihilated, as in the Holocaust of the Jewish and Roma Peoples.

Under such conditions of life and death, national minorities diverged into two different responses. One was the struggle for integration by acquiring civil rights—both individual and collective rights. Two such tendencies existed for either assimilation or collective defence.

Alternatively, there was a second political tendency for a given national minority—to attempt to replicate the prevailing Nation-State model by acquiring its own separatist entity. In the case of the Jewish People, this approach became codified as the theory of Zionism with the ‘Separation Principle’ of the Russian Zionist Jabotinsky. And that is how the Apartheid Separation Wall was built.

While all the various Jewish political tendencies sought to achieve ‘self-determination’, the Zionist movement were intent on building a ‘Nation-State’ on the European model as an outpost of the Occident. This was the notion of civilization, as if human history originated in the ‘West’. The Zionist concept of self-determination was particular because it was building a ‘Nation-State’ in the Land where an indigenous Nation lived already. Nonetheless the Zionist movement took the slogan from the Territorialists – ‘A Land without a People for a People without a Land’ to order to justify the capture of Palestine.

The problem with Zionist self-determination is that it denies the self-determination of the Palestinian People-Nation and so Zionism contradicts the right of self-determination even while it is claiming to uphold it for one Nation, but not for the other Nation in this case. This contradiction nullifies the ideology of Zionism as rational thought and contradicts the legal norms for self-determination which cannot deny the very same right to another People. This is why the Zionist State has been condemned so often by the United Nations General Assembly and not because it is being singled out.

The problem with Zionism itself is not that it is Jewish but that it is seeking to impose a State that is only Jewish. This is much the same as the right-wing populist currents such as the Christian fundamentalists of Trump who want a Nation-State that is only Christian Europeans. The same Nation-State concept is used by the Front National rightists in France as well to oppose the Arab presence in France. Each national political-culture has a similar current that represents about a third of the general public today. In the Zionist State however the far Right-wing populist current is still strong enough to form the coalition government presently in power.

It may also be observed that while the Zionist military campaign of Occupation began in 1947, other wars have followed. Another Occidental Crusade to remodel the Arab countries into the various spheres of influence outlined by the Sykes-Picot secret treaty has created the various Arab Nation-States today. This importation of the European model into the Western Orient Arab countries has met with continual disasters and opposition. This Christian and Zionist Crusade is being countered by the Arab Spring revolutions which are feed by the historic victory of the Algerian revolution in 1962 and the continuation of Palestinian resistance since 1947.

In this manner the Palestinian struggle for national liberation is at the core of the world geo-political impasse, which is plagued by both political and economic crises. The attempts to overcome such crises by subordinating others to better their condition are historic failures. The failure of the Nation-States is evident even to Europe which has attempted to build a Confederation on an equal footing. Meanwhile the Zionist State still imposes its Nation-State on the Palestinian, Druze, Bedouin and Mizrahi Arab Peoples as if this were still the 17th Century.

Dr. abraham Weizfeld
PhD UQÀM, MA York U., BSc UdeW
saalaha@fokus.name
514 284 66 42
Montréal

Nation, Society and the State :
the reconciliation of Palestinian and Jewish Nationhood

http://www.archipel.uqam.ca/7308/1/D2843.pdf

http://bookstore.authorhouse.com/Products/SKU-000425888/NATION–SOCIETY–AND–THE-STATE.aspx

PALESTINIENS ET JUIFS UNIS (PAJU) APPUIE LA MOTION DU BLOC QUÉBÉCOIS EN SOUTIEN À LA PALESTINE

Pour diffusion immédiate

(la version anglaise suit)

Montréal le 30 mai 2017 – PAJU appuie la motion du  Bloc québécois, laquelle appelle à la reconnaissance par le Parlement canadien de la Palestine comme état indépendent en accordance avec le droit international et la politique étrangère officielle du Canada. La motion du Bloc s’avère le soutien sans équivoque au droit du peuple palestinien à s’autodéterminer, et à l’intégrité du droit international. Notons que 136 États membres de l’Organisation des Nations Unies sur 193 États membres reconnaissent l’État palestinien. Le gouvernement canadien se trouve alors dans une position minoritaire à l’ONU, votant toujours contre toute résolution favorisant les réclamations légitimes des Palestiniens par rapport à leurs droits historiques et leur droit à l’autodétermination. La politique du gouvernement Trudeau face à la question palestinienne est indiscernable de celle du gouvernement Harper qui le précédait. Pourtant, en terme de sa politique étrangère officielle, le Canada « reconnait le droit des Palestiniens à  l’autodétermination  et appuie la création d’un État palestinien voisin souverain, indépendant, solide et démocratique. »

Bruce Katz, co-président de PAJU, ajoute : « Le Bloc québécois démontre beaucoup d’intégrité et courage morale par cette motion qui reconnait intégralement le droit du peuple palestinien à l’autodétermination. D’ailleurs, la motion du Bloc est fondée sur la notion d’une solution à Deux-États, notion à laquelle les autres partis siégeant au Parlement du Canada prêtent allégeance sans toutefois l’appuyer concrètement. Alors, si ces dites partis votent contre la motion du Bloc, cela veut dire qu’ils votent contre la solution de Deux-États, ils sont déjà contre la solution d’un seul État binational, alors quel serait leur choix : a No-State solution? Ils ne pourront quand meme pas courir en deux directions à la fois! »

La motion du Bloc coïncide avec le 50ème anniversaire de l’occupation illégale et de la colonisation de la Cisjordanie, ce qui prête davantage d’importance à  cette motion. Notons aussi que Gaza est sous blocus depuis neuf ans-un crime de châtiment collectif en droit international- et que la Palestine comprend et la Cisjordanie et Gaza. Des milliers d’Israéliens viennent de manifester à Tel Aviv à l’appui de la paix et à l’appui d’un État palestinien indépendent. PAJU exhorte tous les partis siégeant au Parlement du Canada à voter unanimement en faveur de la motion du Bloc québécois sur la Palestine, sans quoi ils continueront d’être complices de la colonisation et de l’occupation illégales des territoires palestiniens.

-30-

Information : (514) 582-1642

www.pajumontreal.org

 

***********************************

PALESTiNIAN AND JEWISH UNITY (PAJU) SUPPORTS THE BLOC QUÉBÉCOIS MOTION IN SUPPORT OF PALESTINE

For immediate distribution

Montreal May 30, 2017 – PAJU supports the Bloc Québécois motion calling for the recognition by the Canadian Parliament of Palestine as an independent state in accordance with international law and official Canadian foreign policy. The Bloc motion is a statement of  unequivocal support for the right of the Palestinian people to self-determination and the integrity of international law. It should be noted that 136 Member States of the United Nations out of 193 Member States recognize the Palestinian state. The Canadian government is now in a minority position in the UN, still voting against any and all resolutions favoring the legitimate claims of the Palestinians in relation to their historical rights and their right to self-determination. The Trudeau government’s policy on the Palestinian issue is indistinguishable from that of the Harper government that preceded it. Yet, in terms of its official foreign policy, Canada « recognizes the right of the Palestinians to self-determination and supports the establishment of a sovereign, independent, strong and democratic neighboring Palestinian state.  »

Bruce Katz, co-president of PAJU, added: « The Bloc Québécois has demonstrated great integrity and moral courage by way of this motion, which fully recognizes the right of the Palestinian people to self-determination. In fact, the Bloc motion is based on the notion of a Two-State solution, a concept to which other parties in the Parliament of Canada  pay lip-service without actually supporting it in any concrete way. So if those parties vote against the Bloc motion, it means they are voting against the Two-State solution; they are already against the idea of a single binational state, so what would be their choice: a No- State solution? You can’t run in two directions at the same time!  »

The motion of the Bloc coincides with the 50th anniversary of the illegal occupation and colonization of the West Bank, which lends still greater weight to this motion. Also, it should be noted  that Gaza has been under blockade for nine years – the crime of collective punishment under international law- and that Palestine includes both the West Bank and Gaza. Thousands of Israelis have recently demonstrated in Tel Aviv in support of peace and support for an independent Palestinian state. PAJU urges all parties in the Parliament of Canada to vote unanimously in favor of the Bloc Québécois motion on Palestine. Otherwise, they will continue to be complicit in the illegal colonization and occupation of the Palestinian territories.

-30-

Information : (514) 582-1642

www.pajumontreal.org

Deux événements dans le cadre la Semaine contre l’apartheid israelien//Two Events as Part of Israeli Apartheid Wee

aie-2017

 

(English below)

 

Voici deux événements organisées par Tadamon! dans le cadre de la Semaine contre l’apartheid israelien 2017, une série de conférences, d’ateliers, de projections de film, de manifestations et d’événements culturels afin de souligner le campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre l’apartheid israelien:

 

1) Le profilage des arabes et musulmans au Canada: une perspective historique (le 6 mars): https://www.facebook.com/events/384903555218518/

[1]

 

2) Un atelier sur les campagnes BDS actuels et notre terrain local (le

11 mars): https://www.facebook.com/events/1353950301332025/ [2]

 

Pour plus de renseignements concernant la Semaine contre l’apartheid israelien 2017, veuillez consulter le lien suivant:

https://www.facebook.com/events/1828894424031362/ [3]

 

+++++++++++++++++++++++++++++

 

Below are two events organized by Tadamon! as part of Israeli Apartheid Week 2017, a series of conferences, workshops, film screenings, demonstrations and cultural events aiming to raise awareness about the Boycott, Divestment, and Sanctions (BDS) campaign against Israeli

Apartheid:

 

1) Profiling Arabs and Muslims in Canada: A Historical Perspective (March 6th): https://www.facebook.com/events/384903555218518/ [1]

 

2) Bringing BDS Home: Current Campaigns and Our Local Terrain (March

11th): https://www.facebook.com/events/1353950301332025/ [2]

 

For more information about Israeli Apartheid Week 2017, please check out the full schedule here:

https://www.facebook.com/events/1353950301332025/ [2]

 

**********************************************

((((1))))

 

PROFILING OF ARABS AND MUSLIMS IN CANADA: A HISTORICAL PERSPECTIVE Monday, March 6 at 6:30 PM Cafe Artère, 7000 Avenue du Parc (Metro Parc)

 

As part of Israeli Apartheid Week 2017, Tadamon! invites you to a panel on « Profiling of Arabs and Muslims in Canada: a Historical Perspective »

 

Our panelists will include Houda Asal, historian, and Mary Foster, activist in Montreal, to touch upon half a century of political profiling of pro-palestinian activists in the 1960s, up until the more recent scandalous security certificates, as well as half a century of grassroots political resistance, from the Canadian Arab Federation up until some of Tadamon’s campaigns.

 

Houda Asal holds a Ph. D. in History that she defended in 2011 in France, upon which is based the book « Se dire arabe au Canada : un siècle d’histoire migratoire (Identifying as Arab in Canada. A century of immigration history) », published by the Presses de l’Université de Montréal in 2016. Her research covers Arab immigration in Canada, questions of racism, islamophobia and more recent forms of discrimination in France and in Québec.

 

Mary Foster is a community organiser in Montreal who was involved in the Coalition for Justice for Adil Charkaoui, Project Fly Home, the People’s Commission Network and other community initiatives against racial profiling and the national security agenda.

 

Please note that the venue is wheelchair accessible.

Whisper translation and childcare are available upon request.

 

For more information:

 

Tadamon! Montreal

Website: www.tadamon.ca [4]

E-mail: info@tadamon.ca

******************************************************

LE PROFILAGE DES ARABES ET DES MUSULMANS AU CANADA: UNE PERSPECTIVE HISTORIQUE Lundi 6 Mars, à 18h30 Café Artère, 7000 avenue du Parc (Metro Parc)

 

Dans le cadre de la Semaine contre l’Apartheid Israélien 2017, Tadamon!

vous invite à une conférence sur « Le profilage des arabes et des musulmans au Canada: une perspective historique »

 

Nos conférencières incluront Houda Asal, historienne, et Mary Foster, activiste à Montréal, pour évoquer un demi siècle de profilage politique de militants pro-palestiniens dans les années 1960 jusqu’aux scandaleux certificats de sécurité plus récents, ainsi qu’un demi siècle de résistance politique populaire, de la Fédération Canado-Arabe jusqu’à certaines campagnes récentes de Tadamon.

 

Houda Asal est titulaire d’un doctorat d’histoire soutenu en 2011 en France, dont est issu le livre « Se dire arabe au Canada : un siècle d’histoire migratoire », publié aux Presses de l’Université de Montréal en 2016. Ses champs de recherche portent sur l’immigration arabe au Canada, les questions de racisme, d’islamophobie et de discriminations plus actuelles en France et au Québec.

 

Mary Foster est une activiste de Montréal qui a été impliquée dans de nombreuses campagnes communautaires contre le profilage racial et les initiatives sécuritaires nationales comme la coalition Justice pour Adil Charkaoui, le projet Retour au Bercail, et le réseau de la Commission Populaire

 

Veuillez noter que l’événement est accessible aux usagers de fauteuils roulants.

Une service de garde et la traduction par chuchotage sont disponibles sur demande.

 

Pour plus d’information:

 

Tadamon! Montréal

Site web: www.tadamon.ca [5]

Courriel: info@tadamon.ca

 

*************************************************

(((((2))))

 

(–Le français suit–)

Bringing BDS Home! A workshop on Current BDS campaigns and our local terrain!

Saturday March 11th,

Concordia University, 7th floor, Hall building

 

The workshop presented by Tadamon! will focus on the understanding of the movement to end Israeli Apartheid through a comprehensive campaign of Boycott, Divestment, and Sanctions. The campaign was launched by over

170 Palestinian organizations in 2005 as an effective means to build solidarity with Palestinians and their struggle equality, justice, and dignity.

 

Since then there have been major victories through grassroots campaigns, and mobilizations. G4S a UK security company involved in Israeli Prisons was forced to end its contracts and investments in Israel.

Telecommunications giant Orange also ended its contracts in Israel under pressure from BDS campaigns in France, Tunisia, and Egypt. Students have taken the lead with divestment campaigns across North America. Though as the movement to end israeli apartheid grows, so does the repression, continued expansion of illegal settlements, and forced displacement of Palestinians.

 

The workshop will also focus on two current global BDS campaigns launched by the Boycott National Committee in Palestine, and how we can implement them locally:

 

The first is the campaign to boycott Hewlett Packard (HP), which provides and operates much of the technology infrastructure that Israel uses to maintain its system of apartheid and settler colonialism over the Palestinian people. This is a campaign that should spread accross campuses, with students, professors, unions, university departments that should question the role played by such a company in our everyday life.

 

The second is the Boycott campaign against AirBnB which is complicit in Israeli Apartheid by actively listing illegal israeli settlements on its website and supporting the settler colonial economy in occupied Palestine. Campaigns have also targeted AirBnB for its impacts on local working class communities facing an influx of tourism, and gentrification.

 

This workshop will be presented by members of Tadamon!

 

************************************************************

Un atelier sur les campagnes actuelles BDS et notre terrain local!

Samedi 11 mars,

Concordia University, 7ème étage, Bâtiment Hall

 

L’atelier présenté par Tadamon! se concentrera sur le mouvement pour mettre fin à l’apartheid israélien par la campagne globale de boycott, de désinvestissement et de sanctions. La campagne a été lancée par plus de 170 organisations palestiniennes en 2005 comme un moyen efficace de renforcer la solidarité avec les Palestiniens et leur lutte pour l’égalité, la justice et la dignité.

 

Depuis lors, des campagnes de base et des mobilisations ont permi des victoires importantes. G4S, une société de sécurité britannique engagée dans les prisons israéliennes, a été forcée de mettre fin à ses contrats et à ses investissements en Israël. Le géant des télécommunications Orange a également mis fin à ses contrats en Israël sous la pression des campagnes BDS en France, en Tunisie et en Egypte. Les étudiants ont pris la tête de campagnes de désinvestissement en Amérique du Nord. En même temps que le mouvement pour mettre fin à l’apartheid israélien grandit, il en va de même de la répression, de l’expansion continue des colonies illégales et du déplacement forcé des Palestiniens.

 

L’atelier portera aussi sur deux campagnes mondiales de BDS lancées par le Comité National du Boycott en Palestine, et sur la manière de les mettre en œuvre localement:

 

La première est la campagne de boycott de Hewlett Packard (HP), qui fournit et exploite une grande partie de l’infrastructure technologique qu’Israël utilise pour maintenir son système d’apartheid et de colonisation de peuplement contre le peuple palestinien. Il s’agit d’une campagne qui devra s’étendre à travers les campus, avec les étudiants, les professeurs, les syndicats et les départements universitaires qui doivent remettre en question le rôle joué par une telle entreprise dans notre vie quotidienne.

 

La deuxième est la campagne de boycott contre AirBnB qui est complice de l’apartheid israélien en listant activement les colonies illégales israéliennes sur son site Web et en soutenant l’économie coloniale en Palestine occupée. D’autres campagnes ont également visé AirBnB pour ses impacts sur les communautés locales à bas revenu, confrontées à un afflux de tourisme, et à la gentrification.

 

Cet atelier sera présenté par des membres de Tadamon!

 

 

Links:

——

[1] https://www.facebook.com/events/384903555218518/

[2] https://www.facebook.com/events/1353950301332025/

[3] https://www.facebook.com/events/1828894424031362/

[4] https://l.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.tadamon.ca%2F&h=ATPJUlHKgbVV8NViWT4h16PR2movZCAmaejNJBqJUVQoBANJXWcTE2NxXs4YROYavmbZYs5VCXoVKdUhgsxoe5B4qESP4a2ayW73QMvWrLjZLU4R-BQHlM9h5pFAnCGLwIU&enc=AZObK5DJBtmCdnTZ9nCwYeeOZAneYq6XLrRf2g4PcuJQsLoNRXXicpW_y1hRugr16T8&s=1

[5] https://l.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.tadamon.ca%2F&h=ATOU_jOBCgQKWN5bB7vgT0b5d-88axfCZL3-llQG5P7p4sQ7niyVbUZoDM6gRyKDle80wUJv44YfdgMJY7cItT_y9-KrdlB0l8HdQdZEY3npEVluN7Wby6_ld-u-GTkDkko&enc=AZOWJtJZHdr87TstsajthnVxoBFghySDJOYMVrvAZQ2WYVbMwDUDDP4DL3cVmIoHUOw&s=1

_______________________________________________

news mailing list

news@tadamon.ca

https://listes.koumbit.net/cgi-bin/mailman/listinfo/news-tadamon.ca

Pourquoi les colonies de Jérusalem-Est sont-elles controversées?

PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) No 837 le 24 février 2017

pal-map-shrinkb

Understanding the key question about Trump’s Israel agenda

(Titre original)

Traduction de PAJU (Palestiniens et Juifs Unis/Palestinian and Jewish Unity)

Les Palestiniens veulent établir leur future capitale à Jérusalem-Est, tandis qu’Israël considère toute la ville comme sa capitale. Alors que la partie occidentale de la ville est presque entièrement peuplée par les juifs, la partie orientale, historiquement, a été la maison des Arabes. Depuis la guerre israélo-arabe de 1967, les juifs ont commencé à s’installer sur ce territoire, bien que selon le droit international, les colonies dans la région (ainsi que la Cisjordanie et les hauteurs du Golan) soient considérées comme illégales. Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a dénoncé en décembre dernier la construction israélienne de colonies dans un territoire occupé par les Palestiniens et considéré cette mesure comme une violation flagrante de celle-ci. Les États-Unis, alors sous la direction de Barack Obama, se sont abstenus de voter, un mouvement considéré globalement comme une approbation de la résolution.
Pourquoi certains projets ont-ils été approuvés? Le moment de l’annonce de ces nouvelles constructions quelques jours seulement après l’investiture de M. Trump en tant que président, est significatif. « Les règles du jeu ont changé avec l’arrivée de Donald Trump en tant que président », a déclaré le maire adjoint de Jérusalem Meir Turgeman à l’Agence France-Presse. Dernièrement, dans une déclaration, M. Netanyahu a affirmé : « Nous pouvons construire où nous voulons et autant que nous le voulons. » En effet, l’an dernier, M. Trump en campagne électorale s’est dit le meilleur ami d’Israël » et a promis de tracer une nouvelle voie dans les relations américano-israéliennes. Après le vote de l’ONU, M. Trump a déclaré dans un tweet : « Restez fort en Israël, le 20 janvier approche! » Le choix controversé de David Friedman comme ambassadeur américain, lui a publiquement déclaré à plusieurs reprises qu’il est en faveur de la colonisation israélienne dans le territoire occupé, va dans ce sens.

 

Source: http://Http://www.theglobeandmail.com/news/world/us-politics/understanding-the-key-questions-about-trumps-israel-agenda/article33699811/

2016 : une année parmi les plus meurtrières pour les jeunes Palestiniens des territoires occupés

Bulletin # 768

L’année 2016 restera comme l’année au cours de laquelle Israël a tué le plus de mineurs au cours de la dernière décennie en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. C’est ce que nous apprend le rapport de l’organisation non gouvernementale « Defence for Children International-Palestine » (DCIP) publié la semaine dernière. Selon ce dernier, ce ne sont pas moins de trente-et-un jeunes Palestiniens qui ont été tués par l’armée israélienne cette année. Le dernier en date, Farid Ziyad Atta al-Bayed, était à peine âgé de quinze ans. Il est décédé le 23 décembre après 69 jours de coma. Faris avait été blessé le 15 octobre dernier lors d’affrontements avec l’armée survenus dans le camp de réfugiés de Jalazoun, non loin de Ramallah. Lire la suite

Femmes en résistance dans les prisons israéliennes « 3000 NUITS » DE MAI MASRI

ORIENT XXI > LU, VU, ENTENDU > CINÉMA > MARINA DA SILVA > 27 DÉCEMBRE 2016
En salle en France le 4 janvier 2017, le nouveau film de la réalisatrice palestinienne Mai Masri 3000 Nuits porte avec force la voix des détenues palestiniennes. Nous avons pu le voir dans le cadre de la quatrième édition des rencontres internationales des cinémas arabes à l’initiative de l’association de promotion et de diffusion des cinémas arabes à Marseille et en Méditerranée (Aflam) au musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem).
Une pluie battante qui tombe cinglante. Des prisonniers dans un fourgon menottés. Les images en fondu enchaîné se figent sur le visage ensanglanté de Layal Asfour. La jeune institutrice de Ramallah était là au mauvais moment. Elle est intervenue pour porter secours à un tout jeune Palestinien blessé. Il est poursuivi pour terrorisme. Elle le sera à son tour, mécaniquement. Descente aux enfers. Prison israélienne de haute sécurité. Le scénario se déroule dans les années 1980, lorsque les prisonniers politiques et de droit commun israéliens et palestiniens sont encore détenus ensemble.

Cette captivante œuvre de fiction ancrée dans le réel est la dernière création de Mai Masri, que l’on connaît davantage pour son travail documentaire, souvent en coréalisation avec son compagnon Jean Chamoun. Tous deux archivent la résistance palestinienne et libanaise. Mai Masri a abondamment traité de la guerre et de la détention, et plus particulièrement de leurs conséquences sur la vie des femmes et des enfants. Cette première fiction lui a déjà valu d’être distinguée par une vingtaine de prix, dont sept en France, et une présentation aux Oscars, avant que le film, réalisé de manière indépendante (Nour Films, Orjouane Productions, Les Films d’ici) ne sorte en salle en janvier 2017.
Bande annonce du film au

NOUR (LUMIÈRE) DANS LA NUIT

Une fois incarcérée, Layal Asfour devient le matricule 735. Elle est d’abord mise en cellule avec des Israéliennes qui éructent leur haine des Arabes et de la langue arabe au premier regard. Un huis clos insoutenable. Puis elle rejoindra des Palestiniennes. Il y a là Jamilé, Ouma Ali, Sanaa, résistante libanaise qui a perdu un bras… : tous les visages et toutes les générations de femmes en lutte contre l’occupation. Layal Asfour découvre avec stupéfaction qu’elle est enceinte, puis que l’homme qu’elle aimait, son mari, ne va pas hésiter à l’abandonner, refusant de renoncer au visa qu’ils avaient demandé pour rejoindre le Canada. Contre son chantage à l’avortement et à la dénonciation, pour sauver la peau du jeune Palestinien qu’elle a aidé, elle n’hésite pas une seconde et lui tourne le dos et le cœur. Pour Mai Masri, il fallait aussi montrer cette facette de la réalité. Parler des femmes détenues, sur lesquelles il existe très peu de documentation, mais aussi de cet abandon par les hommes — un grand classique universel — tandis que les prisonniers sont toujours soutenus par les femmes et les familles.

Lorsque la condamnation à huit ans de réclusion, soit trois mille nuits, tombe, Layal Asfour est sonnée. En prison, elle va devenir une autre. C’est d’abord l’arrivée de son fils, Nour, dont elle accouche menottée, qui change son rapport au monde et la relation avec ses codétenues. L’enfant devient pour elles une flamme de vie à protéger et faire grandir. Les images de Mai Masri et de son opérateur, Gilles Porte, sont d’une beauté rare, saisissant la vie et la joie comme des herbes folles surgies de ce monde de non-droit et de terreur parfaitement restitué par le travail sur les décors d’Hussein Baydoun.

LE PRIX DE L’INSOUMISSION

Mai Masri creuse aussi jusqu’à l’os toutes les relations perverses et sadiques mises en place par les gardiennes, le chantage permanent à la dénonciation et à la collaboration, la complexité des relations entre détenues. Les Palestiniennes sont assignées au ménage et à la cuisine. Les scènes de rébellion sont quotidiennes et finissent parfois en batailles homériques de nourriture entre détenues israéliennes et palestiniennes. Mais ce qui va vraiment devenir l’insoumission absolue, c’est lorsque les nouvelles du massacre de Sabra et Chatila pénètrent à l’intérieur de la prison. Plus rien ne peut arrêter la rage et la grève de la faim des prisonnières qui vont s’étendre au bâtiment voisin où sont détenus les hommes. La répression est sauvage. « Je ne veux plus les entendre respirer », hurle une geôlière.

Encerclement, gaz, coups. Layal Asfour va payer le prix fort pour sa révolte. Elle se verra arracher son fils qui a atteint ses deux ans et que seule la soumission aurait pu lui permettre de garder auprès d’elle un peu plus longtemps.

Mai Masri a tourné ce film fort et dérangeant dans une prison jordanienne désaffectée, avec d’anciens détenus palestiniens qui ont interprété tous les rôles après un long travail de recueil de témoignages. L’interrogateur israélien est un Palestinien qui a été détenu durant cinq ans en Israël. L’une des actrices a rendu visite à son frère durant quinze ans et retrouvé en jouant la violence de cette histoire intime et collective. Layal Asfour est interprétée à fleur de peau par Maisa Abd Elhadi, actrice palestinienne qui crève l’écran et joue ici son premier rôle aussi politiquement engagé, inspiré de l’histoire vraie d’une jeune mère palestinienne, et qu’elle porte avec fierté.

UN MIROIR AUX YEUX DU MONDE

Depuis 1948, plus de 700 000 Palestiniens ont été détenus dans les geôles israéliennes. Ils sont aujourd’hui près de 7 000, hommes, femmes et enfants à y croupir. Pourquoi inscrire le film dans les années 1980 alors que la situation perdure ? Pour la documentariste, ces années étaient particulièrement éclairantes et rendent compte d’un parcours de lutte politique avec des avancées et des reculs. Aujourd’hui les détenus politiques et de droit commun, israéliens et palestiniens, sont séparés. Les moyens de déjouer les interdictions de communiquer sont devenus plus difficiles à contourner. La détention frappe toutes les familles. Entre août 2015 et avril 2016, le nombre d’enfants emprisonnés a triplé. Les prisonniers restent donc un enjeu emblématique et déterminant de la lutte pour l’autodétermination, et l’obtention de leur libération s’inscrit dans l’histoire nationale. Comme lors de cet échange, en 1983, — auquel le film fait référence —, de six Israéliens détenus par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) contre 4 700 prisonniers palestiniens et libanais. Un événement marquant que Mai Masri fait jouer et qu’elle redouble d’images d’archives, tout comme pour l’évocation de Sabra et Chatila. Cela participe aussi à donner à la fiction son ancrage et son souffle. Ici l’on sait que tout est vrai. Les histoires se mélangent et se télescopent, mais elles ont toutes été vécues. Et elles perdurent.

Le film a été projeté dans plusieurs pays arabe, primé à Carthage, et aussi diffusé en Israël, en Cisjordanie et à Gaza. Un miroir brandi aux yeux du monde.

MARINA DA SILVA, JOURNALISTE ET MILITANTE ASSOCIATIVE.

 

Source: http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/femmes-en-resistance-dans-les-prisons-israeliennes,1634

Israël ou la religion de la sécurité

par Gideon Levy

gideon-levy-la-religion-de-la-securite

 

On considère souvent Israël comme l’un des États les plus religieux du monde ; il l’est encore plus qu’on ne l’imagine. Ici, religion et État ne font qu’un. L’orthodoxie juive accompagne les citoyens de la naissance à la mort, qu’ils soient croyants, agnostiques ou athées. Mais, comme si cela ne suffisait pas, un second dogme encadre la vie des Israéliens : celui de la sécurité. À chaque étape de leur vie, il leur impose ses règles implacables.

Cette religion-là repose sur la croyance qu’Israël vivrait sous une menace perpétuelle — conviction qui repose sur une certaine lecture de la réalité, mais qui se nourrit également de mythes méticuleusement entretenus. Nos gouvernants orchestrent ainsi des campagnes de peur. Ils exagèrent les dangers réels, en inventent d’autres et alimentent l’idée que nous serions victimes de persécutions constantes. Et cela dure depuis la création de l’État.

Pendant la guerre de 1948, au lendemain de la Shoah, une telle attitude se justifiait sans doute : les Israéliens ne se percevaient-ils pas tel David face à Goliath ? Mais, depuis, le pays s’est hissé au rang de puissance régionale solide. Notre armée compte parmi les plus puissantes de la planète et dispose d’un arsenal technologique sophistiqué. La croyance demeure néanmoins : Israël lutterait pour sa « survie », même s’il se mesure à des organisations dont les membres marchent quasiment pieds nus, comme le Hamas ; même si, à part l’Iran, aucun État puissant ne l’a placé dans sa ligne de mire ; et même si ce sont nos troupes qui mènent des opérations d’occupation. La recette n’est pas neuve, ni propre à notre pays : réelle ou fictive, la menace extérieure justifie l’« union nationale » et l’emprise de l’État sur la population.

Selon le centre de recherche IHS Jane’s, Israël affichait en 2015 le seizième budget de défense du monde : 15,6 milliards de dollars. Cela représente 6,2 % du produit intérieur brut (PIB), ce qui place le pays au deuxième rang mondial, derrière l’Arabie saoudite. La part du budget de la défense dans le PIB israélien est deux à six fois plus élevée que dans les autres nations industrialisées. Et, en dépit de l’érosion de sa part dans les dépenses de l’État, le montant n’a cessé de croître en valeur absolue. Alors que le pays ne se situe qu’au 98e rang pour la population, avec seulement huit millions d’habitants, le Global Firepower Index (1) place l’armée israélienne au seizième rang en termes de puissance de feu, avec un char d’assaut pour 1 930 citoyens (contre 5 948 en Corée du Nord et 157 337 en France) et un avion de chasse pour 11 800 citoyens (contre 23 904 aux États-Unis et 51 914 en France).

La bagatelle de quatorze sous-marins

De telles dépenses, plus importantes proportionnellement que celles des États-Unis, de la Russie ou de la France, s’effectuent au détriment d’autres secteurs : l’éducation, la santé, le logement, les transports ou l’accueil des migrants. Mais cette préférence budgétaire ne fait l’objet d’aucun débat public, même lorsque des milliers de citoyens descendent dans la rue pour s’insurger contre le montant des loyers — comme pendant l’été 2011, lors de la plus grande protestation sociale de notre histoire (2). Le pays dispose de la bagatelle de quatorze sous-marins ; cinq ne suffiraient-ils pas — mettons dix, pour les inquiets ? L’argent englouti pour construire un seul de ces engins — 1,4 milliard d’euros — permettrait de réhabiliter des quartiers entiers. Mais, si les Israéliens se plaignent du coût de la vie et de la dégradation des services sociaux, ils acceptent le budget de la défense et la rhétorique sécuritaire du pouvoir sans broncher. La foi se discute-t-elle ?

Il est inquiétant de voir certains pays européens, dont la France, prendre le même chemin. S’engager sur une pente aussi glissante peut conduire à justifier toutes les atteintes à la démocratie. Les Israéliens en ont fait l’expérience : la « sécurité » fait oublier l’injustice. Elle blanchit le crime et teinte d’un vernis de légitimité les pratiques les plus discriminatoires. Dirigeants politiques, généraux, juges, intellectuels, journalistes : tous le savent, mais chacun ajoute son silence à celui de la majorité.

Quand on pénètre en voiture dans l’aéroport Ben-Gourion, il faut ouvrir la fenêtre pour saluer l’agent de sécurité armé. Tout dépend alors de la façon dont vous parlez l’hébreu : si le garde croit déceler un accent arabe, il arrête la voiture. Ainsi les Juifs s’imprègnent-ils d’un sentiment de supériorité ; les Palestiniens, de leur infériorité ou de leur dangerosité. Car, c’est bien connu, tout citoyen arabe d’Israël est un colis suspect, une bombe à retardement.

Nul ne niera que le terrorisme existe. Mais on évoque trop peu les effets pervers qu’induisent les mesures prises pour y répondre. Les contrôles interminables tracassent jour après jour des citoyens rendus dociles par la peur d’un attentat. Insidieusement se façonnent des stéréotypes, s’exacerbent des préjugés qui cristallisent en racisme. Cela contribue à détruire notre pays de l’intérieur. En ira-t-il ainsi, désormais, aux États-Unis et en Europe ? Est-ce vraiment nécessaire ? N’y a-t-il pas d’autres moyens, plus justes et plus mesurés, de lutter contre le danger ?

Au nom de la sécurité, Israël occupe depuis plus de cinquante ans des territoires palestiniens, à l’encontre du droit international. Nous sommes ainsi devenus une des rares puissances coloniales du XXIe siècle. Quand M. Shimon Pérès, futur Prix Nobel de la paix, autorisa en 1975 l’implantation d’une des plus grandes colonies, celle d’Ofra, il souligna combien il était important de conserver l’antenne de télécommunications dressée dans les territoires occupés. Mais la colonie a été construite sur des terres privées volées à des Palestiniens sous l’égide de l’État. Les gardiens temporaires sont rapidement devenus des colons ; leur camp, une banlieue des territoires. La suite, jalonnée de crimes sanglants, appartient à l’histoire. Aujourd’hui, dans Gaza, plus de deux millions de personnes sont enfermées dans ce qui constitue la plus grande prison du monde.

Comme l’ensemble des institutions, l’appareil judiciaire se prosterne devant le Moloch moderne. La Cour suprême, généralement capable de punir les injustices qui sont portées devant elle, valide l’inacceptable lorsqu’il prend prétexte d’exigences sécuritaires : destructions de maisons, expulsions, etc. Pendant la longue histoire de l’occupation, la Cour a trop rarement manifesté son opposition. Il aura fallu de longues années avant qu’elle ait le courage de critiquer les assassinats ciblés et la torture. Et elle s’obstine encore à légitimer les arrestations sans comparution devant un juge, appelées « détentions administratives ». Depuis des années, des milliers de personnes ont été embastillées sans jugement. Comme elles ne sont pas plus autorisées que leurs avocats à connaître les chefs d’accusation, elles n’ont aucun moyen de se défendre. L’état d’urgence, en vigueur depuis l’époque du mandat britannique — même si le mandat s’est achevé depuis longtemps —, autorise un tel scandale. L’état d’urgence n’a plus lieu d’être, mais ses dispositions demeurent.

Au mépris du droit international

Quant aux tribunaux militaires, ils condamnent des Palestiniens dans des mascarades de procès politiques. Au nom de la sécurité, on détruit les maisons des « terroristes » (3) et l’on procède à des châtiments collectifs interdits par le droit international. On impose quotidiennement à des milliers de personnes des contrôles arbitraires, des arrestations et des descentes nocturnes de l’armée. On empêche les uns de travailler ou de se déplacer ; on en met d’autres à mort, dès lors qu’une recrue redoute une menace. Ce fut le cas pour une enfant de 10 ans qui tenait une paire de ciseaux à la main. Abattue pour « protéger » des soldats qu’elle s’apprêtait sans doute à découper…

Rappelons que les citoyens arabes de « la seule démocratie du Proche-Orient » ont vécu sous administration militaire depuis les premières années de l’État jusqu’au milieu des années 1960. Puis vinrent cinquante années d’occupation, cinquante années d’arrestations au nom d’impératifs de « sécurité » — ce maître mot alibi évitant à Israël la qualification d’État non démocratique…

Pour l’instant, les Arabes sont les principales victimes de cette situation. Après des années de lutte contre le terrorisme, le nombre de morts palestiniens est cent fois plus élevé que celui des morts israéliens. Mais, alors que la démocratie se fragilise, les attaques contre la liberté d’expression et les droits civils (4) touchent désormais tout le monde. La religion sécuritaire étend son emprise : aujourd’hui dans les territoires occupés, demain à Tel-Aviv ; aujourd’hui au détriment des Arabes, demain des Juifs.

Dans le monde entier, les Israéliens sont perçus comme le fer de lance de la lutte contre le terrorisme. Nos entreprises conseillent des gouvernements, exportant non seulement des armes, mais aussi des savoir-faire. Mais, si les États veulent apprendre d’Israël, ils doivent aussi tirer la leçon de ce qu’il ne faut pas faire. Notamment, qu’on ne peut pas tout se permettre au nom de la sécurité. Risquer de perdre la démocratie constitue peut-être un danger plus grand que le terrorisme.

Gideon Levy

Écrivain et journaliste au quotidien Haaretz (Tel-Aviv).
Source: http://www.monde-diplomatique.fr/2016/10/LEVY/56434